Quand l’Augmented Reality permettra de voyager dans le temps

Je n’ai jamais joué aux jeux vidéos… Je ne m’y suis même jamais intéressé, contrairement à nombre de mes collègues d’UrbanSoccer qui passaient du terrain à l’écran avec autant de plaisir. En y réfléchissant, je pense que je préfère la réalité réelle et les rapports humains, les histoires vraies. Donc la VR ne devrait pas changer ma vie. VR, ou Virtual Reality, c’est ce qui permet de faire une immersion dans un autre environnement que celui dans lequel on se trouve, virtuel, présenté de manière de plus en plus réaliste, via un casque ou de grosses lunettes.

En revanche, je viens de comprendre que l’AR va changer ma vie en me proposant de faire défiler le temps là où je me trouverai. L’AR, ou Augmented Reality, ajoute du virtuel dans un environnement bien réel, le meilleur exemple étant le succès extraordinaire du jeu Pokémon Go lancé par Niantic Lab depuis San Francisco (https://nianticlabs.com/ ).

Depuis quelques années, en me baladant sur les plages du débarquement, en Normandie, je me demande ce qu’ont dû ressentir ces jeunes GI de 20 ans à peine, en sautant des barges à l’aube pour courir vers la plage et le feu ennemi, s’enfonçant dans le sable, avec de l’eau jusqu’à la taille et 40 kilos sur le dos. Ou au détour de bunkers Allemand abandonnés, ces milliers de tonnes de béton sans usage de nos jours, je m’interroge sur les sensations de ces soldats scrutant l’horizon et s’explosant les tympans au bruit de leurs canons. J’imaginais alors créer des visites d’expérience, dans lesquelles les visiteurs s’immergeraient dans des lieux chargés d’histoire, et vivraient une expérience dans des conditions proches de la réalité pour tenter d’en approcher les sensations. Débarquer d’une barge en Normandie avec 40 kilos sur le dos. Dormir dans un bunker. Mais il est impossible de recréer réellement l’histoire. On peut recréer des conditions de vie, comme une expérience de survie dans les bois sans eau, sans électricité, ni téléphone, pour vivre comme à une époque aujourd’hui révolue. Mais on ne peut pas revivre les grands moments de l’histoire, parce que les personnages d’alors ont disparu, les conditions, souvent dramatiques, ne sont plus les mêmes, les risques personnels ne sont pas comparables, etc…

A San Francisco j’ai compris que l’AR exaucera un jour mon rêve de faire défiler l’histoire dans un lieu historique. Une nuit, pas si lointaine, les passionnés d’histoire ou des touristes pourront monter la garde dans un château bien réel en Dordogne, vêtus comme pendant la guerre de 100 ans, avec des lunettes d’AR. Dans cet environnement bien réel surgiront des assaillants anglais, virtuels, mais crédibles, qui escaladeront le donjon sur leurs échelles, leurs cris couverts par le bruit des catapultes.

Quelles opportunités de nouveaux business dans cette innovation technologique en marche ? Je ne suis pas sûr qu’il soit très prometteur d’aller tenter de concurrencer Google ou Microsoft qui investissent des milliards dans la recherche sur l’AR et la VR. En revanche, je suis convaincu qu’il existe beaucoup de lieux où l’histoire est passée sans laisser suffisamment de traces concrètes pour en faire des musées. Il y a un musée au Louvre ou à la Tour Eiffel parce qu’il reste des monuments extraordinaires. Mais de nombreux lieux chargés d’histoire n’ont pas laissé de traces monumentales, et ne sont donc pas exploités aujourd’hui par l’industrie du tourisme.

Près de notre maison en Normandie, il y a une tour du 15ème siècle en ruine. Une simple tour de garde en ruine, vestige d’un château disparu sans laisser de trace, avec un bel escalier de pierre à l’intérieur. Elle n’est même pas inscrite à l’inventaire des monuments historiques. Pourtant au premier étage de cette tour, on peut observer les graffitis laissés par les gardes successifs. Sur un morceau de plâtre d’1m², on voit que Jacques le Sénéchal a monté en garde à la tour de Merville en 1689, des révolutionnaires ont laissé une signature en l’An 13, d’autres ont gravé à la mémoire de Napoléon II, avant que des soldats Allemands ne laissent un écrit à la gloire d’Adolf Hitler en Janvier 1940. Un jour, l’Augmented Reality permettra de se poster dans cette vielle tour de garde, et de voir apparaître successivement dans ses lunettes, à ce même endroit, Jacques le Sénéchal, puis le révolutionnaire de l’An 13, et enfin le soldat Allemand. L’opportunité serait peut-être de valoriser de tels lieux, abandonnés ou sans usage aujourd’hui, qui seront magnifiés dans un futur par si lointain par l’Augmented Reality.

Un commentaire sur « Quand l’Augmented Reality permettra de voyager dans le temps »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s