Classe de mer

Pendant une année scolaire, les écoles organisent souvent des séjours hors de la ville pour que les enfants puissent découvrir un autre environnement, travailler dans des conditions différentes dans un cadre souvent proche de la nature. Cette semaine, les nôtres étaient au Yucatan, au Mexique, plus précisément sur les plages d’Akumal. Qui pourrait rêver d’une meilleure classe de mer ? Nous pensions déjà qu’à San Francisco nous étions dans un cadre de vacances grâce au soleil, ici nous avons gagné une bonne dizaine de degrés et la mer au pied de chez nous.

La journée commence à peu près à la même heure que d’habitude mais nous somme moins pressés car en classe de mer, Candice et Georges ne travaillent que deux heures le matin et seulement à partir de 10h30. Avant, pendant 1h30, nous allons Candice et moi à un cours de Yoga donné par des mexicains. Encens, instruments de musique reproduisant des sons de pluie, d’eau, nous nous mettons dans l’ambiance. Puis nous découvrons, toutes deux novices, une gymnastique autour de l’équilibre, des postures et de la musculation. C’est une description très simpliste mais c’est celle que nous expérimentons. Je suis épatée par la concentration de Candice pendant 1h30, rien n’altère son envie de reproduire les mouvements le mieux possible. Cette saine mise en route de la journée nous conduit ensuite, Candice à son bureau d’écolière et moi à mes deux derniers petits garçons dont je dois libérer Victor qui reprend son tablier de maître d’école. Contrairement à mes débuts à San Francisco où j’ai souffert de quitter tôt la maison sans savoir où aller, ici cela a été clair dès notre arrivée : j’irai à la plage me baigner pendant qu’Emile dormirait et Maxime ferait des châteaux de sable. C’est donc comme cela que je passe la plupart de mes matinées, sans encombre ni imprévu.

En classe de mer, un des objectifs est d’initier les enfants à la nature. Nous avons la chance d’être au meilleur endroit pour que les enfants se rendent compte que la mer n’a pas toujours la même couleur qu’en Normandie. Les fonds sont clairs et permettent à quelques mètres de la plage de voir des poissons de toutes les couleurs, des tortues énormes prendre leur respiration à côté de nous. Malheureusement encore une fois c’est surtout Candice qui en profite car Georges a attrapé une otite et Maxime n’aime pas trop s’éloigner du bord… Cependant même en canoé, les garçons ont vu les tortues sortir la tête de l’eau. Nous avons également eu la visite in situ d’autres animaux : avez-vous déjà entendu parler des coatis ? J’ai découvert cet animal en retrouvant Victor debout sur une chaise et les enfants criant que cet animal étrange entrait dans la maison !! J’ai alors demandé à Victor : « tu veux prendre une photo ? » ; « je m’en fous de la photo, va chercher quelqu’un qui nous le sorte d’ici !! ». Animal doux comme un agneau, totalement inoffensif (sauf si on l’agresse bien sûr) : voici la définition que les enfants ont cherché seulement après cet épisode évidemment. Devant ce grand risque et mon souci de ne pas irriter davantage Victor dans un tel moment de stress, nous n’avons pas pu prendre de photo du coati se baladant allègrement dans notre salon. En revanche, comme cet animal est très courant, nous avons d’autres photos. Nous rencontrons également sur notre route des iguanes, gros lézards à l’air beaucoup moins vif que les petits. Enfin des pélicans ont fait de notre plage leur terrain de chasse. Nous les observons voler en boucle jusqu’à ce qu’ils repèrent un poisson pour piquer du nez et le pêcher. L’ouverture de ce spectacle très amusant sonne comme un rituel quotidien, dont nous ne nous sommes pas lassés pendant cette semaine à Akumal qui s’achève demain.

En tant que maître d’école, Victor tenait beaucoup à une sortie culturelle et un petit cours d’histoire autour des civilisations précolombiennes, c’est-à-dire pour ceux qui pourraient l’avoir oublié, avant l’arrivée de Christophe Colomb. Nous sommes partis à quelques kilomètres de là visiter le site de Tulum, port Maya dont les ruines surplombent le bord de mer. A l’ombre d’un arbre et à l’écart d’une foule de touristes, nous nous sommes installés, comme des élèves disciplinés, pour écouter le cours d’histoire dispensé par Victor. Une personne parlant le français s’est approchée de nous et en tant que professeur à l’université a répondu aux questions des enfants. Après cette introduction, nous espérons que les enfants verront d’un œil enthousiaste la visite des prochains sites Mayas..

 

Un commentaire sur « Classe de mer »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s