Coworking et crèche, ou une seule solution pour deux problèmes

 

En arrivant à Singapour, avant de pouvoir espérer mener des projets personnels, Aude et moi devions régler un léger problème : à qui allions nous pouvoir confier nos enfants pour nous libérer quelques heures par jour ? Nous avons pu les inscrire dans des écoles pour des activités afterschool à San Francisco ou à New York, mais à Singapour, impossible. Pas simple de se concentrer sur autre chose qu’eux quand on a 4 enfants de 9 mois à 8 ans dans les pattes… Et puis nous avons trouvé par hasard un nouveau concept de coworking qui nous a sauvés : Trehaus a ouvert ses portes en 2016, et propose un espace de coworking intégrant une crèche, dans lequel il est possible de venir avec ses enfants de 6 mois à 4 ans.

Les espaces de coworking fleurissent dans toutes les grandes métropoles, et la France n’échappe pas à la tendance, le leader mondial, WeWork, s’apprêtant à ouvrir à Paris cette année. Entre autres cibles, ils proposent à des indépendants de travailler dans des espaces collaboratifs dynamiques et d’échapper à la solitude du travail à la maison. Mais de nombreuses personnes, avant de se poser la question de l’exercice d’une activité professionnelle, doivent commencer par résoudre le mode de garde des 2,4 millions d’enfants de moins de 3 ans en France.

L’école ne commençant que l’année des 3 ans, il faut, pour reprendre une activité professionnelle, allumer un cierge pour avoir une place en crèche (moins de 20 places disponibles pour 100 enfants de moins de 3 ans en moyenne en France), ou bien rémunérer des assistantes maternelles à domicile pour s’occuper des tout petits. Le manque de solution, ou leur coût élevé, empêche souvent des femmes (souvent les femmes mais pas que !) d’exercer une activité indépendante à la rémunération incertaine. On estime en France que plus de 50 % des parents gardent leurs jeunes enfants eux-mêmes, alors que seulement un tiers déclarent choisir volontairement ce mode de garde.

Mais que propose donc Trehaus ? Qui acceptera d’aller dans un espace de coworking pour se faire mordre par

les enfants des autres ? Le site est organisé autour de 3 espaces séparés. Tout d’abord une zone d’accueil des enfants, qui ressemble à une crèche, avec des assistantes maternelles, et tout le matériel nécessaire pour le soin et les activités des enfants. Cette zone est accessible aux parents, qui peuvent également observer leur progéniture cachés derrière la machine à café. Suit une zone mixte, avec des postes de travail en open space. Cette zone est accessible aux enfants sous la responsabilité des parents, mais sans assistance. Enfin, une troisième zone séparée propose un espace de coworking plus classique, et est interdite aux enfants. Les bénéfices sont multiples : les parents ont accès à un mode de garde, à un espace de coworking permettant d’exercer une activité indépendante dans un environnement dynamique, les échanges entre jeunes parents se font naturellement, les « récréations » des parents sont l’occasion d’aller observer les petits chéris, ou bien de les rejoindre un moment. Trehaus propose également des activités de développement personnel pour les enfants, et des ateliers mixtes parents-enfants. Le coût en open space est comparable à celui d’un bureau dédié dans un espace de coworking classique, mais il inclut la garde d’un enfant, ainsi que la possibilité de déposer un 2ème enfant avec un coût supplémentaire à l’heure. Et, l’addition est également comparable à celle de la rémunération d’une aide à domicile.

Le potentiel semble évident en France, et les premières initiatives apparaissent, comme celle de Cowork’Crèche à Paris, même s’il semble que la crèche n’a pas ouvert dans les mêmes locaux, ou bien celle de Work&Co à Dunkerque et bientôt à Nantes. Le Business Model des crèches étant dépendant des subventions des mairies, il faut certainement creuser le sujet pour voir si la rentabilité d’une initiative privée est envisageable en France, tout en maintenant un prix de vente abordable. Mais il est également probable que ce type d’initiative puisse obtenir des soutiens publics, dans un contexte de pénurie d’infrastructures d’accueil des jeunes enfants. En tout cas les espaces de coworking proposant également des offres répondant à des besoins complémentaires ont certainement de beaux jours devant eux.

Un commentaire sur « Coworking et crèche, ou une seule solution pour deux problèmes »

  1. Cher Victor, tu es bien ds l’air du temps, car on a parlé d’immeuble de coworking en plein Paris, avec cours collectifs de Yoga ,une salle de sport et de cinéma, pour location d’un bureau perso à 600€ /mois, mais rien sur les bébés et autre! C’est pourtant prévu pour de jeunes startup. .conclusion : monter des crèches privées ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s